ski > > Eric Pollard : Skieur d’avant-garde, artiste inspiré

Eric Pollard : Skieur d’avant-garde, artiste inspiré

Précurseur du shape moderne, graphiste illuminé, skieur exalté, voici une éclaircie sur l’un des filons les plus créatif du free ski, au sens littéral.

Propos requis par Antoine Grospiron Jaccoux / photos : Christian Pondella ; Alex OBrien




Marié et plus récemment père d’une petite fille, Mr. Pollard définit tout à fait le skieur américain "organique", chérissant sa côte ouest, sa maison en bois au milieu des douglas d’Oregon, son vélo et ses planches de surf. Le voilà l’heureux skieur professionnel qui attend sereinement la neige, en prenant bien soin de laisser le monde fulgurant à distance . Cela donnerait envie d’écouter un morceau de Jack Johnson et de savourer un smoothie en sa compagnie, sur une terrasse embrasée par le soleil fuyant derrière le Pacifique. Et pourtant, Eric ne s’est jamais contenté de cette merveilleuse tranquillité. Fondateur de Nimbus, il a cherché de nouveaux angles et de nouvelles manières d’approcher le ski à travers cette production d’image. Avec l’aide de ses co-directeurs (Andy Mahre, Chris Benchetler, Pep Fujas, Erin Valverde-Pollard, Ike Smith et Justin Wiegand), il n’a cessé de tracer une nouvelle voie dans les films de ski. Il fait bouger en toute simplicité les lignes, le cadre, et tente de nous transmettre une vision fraîche et harmonieuse de la glisse. Créateur des premiers épisodes web avec Nimbus, concepteur et graphiste des skis Opus et Sir Francis Bacon chez Line, dessinateur et designer pour Dragon et K2, l’authentique Pollard est avant tout un mec qui donne envie de mettre le réveil à 5 heures pour aller glaner des pentes salvatrices, amoureux et la fleur au fusil.




Salut Eric. Enfant de l’Oregon, racontes-nous un peu ton enfance, comment c’était ?

E.P. : J’ai grandi dans une petite ville qui se trouve à environ 45 minutes de Portland. C’est une région très forestière avec des rivières, des lacs et la montagne. Il fallait donc s’adapter à la nature. Mes deux parents étaient et sont skieurs, comme l’est également ma grande sœur Laura. On était une famille de skieurs tout ce qu’il y a de classique : école et boulot pendant la semaine et ski le week-end. À 14 ans, j’ai décidé de me consacrer au freeride.


Et où skies-tu habituellement ?

E.P. : La plupart du temps à Mt Hood en Oregon. C’est un volcan, donc le relief est surtout composé de canyons créés par d’anciennes coulées de lave. Avec des chutes de neige abondantes et du vent, c’est très sympa à skier car c’est gavé de transitions naturelles. Je vais aussi dans les états voisins du Washington, de Californie et du Montana, ou encore jusqu’en Alaska. Mais le temps de route n’est pas le même…


Comment en es-tu venu au freestyle-backcountry ?

E.P.  : J’ai commencé le freeski comme beaucoup, en ridant avec des potes. Mes meilleurs amis Casey et Ike faisaient aussi de l’alpin, mais comme on passait notre temps à vouloir skier comme des snowboarders, on était rarement sur les stades de slaloms. J’avais la chance d’avoir une bonne bande de potes snowboarders et on essayait toujours d’imiter leurs figures : 180, 540, style compact etc… On regardait des films de snow dès qu’on rentrait de l’école : Standard Films, Absinthe Films et beaucoup de films MDP. Je les connais presque tous par coeur. Je ne regardais jamais de ski. Je ne savais pas du tout ce qui se passait de ce côté-là. Je ne m’intéressais pas du tout aux bosses. Pour moi, ce style tout en gymnastique et cette approche générale des bosses était vraiment lointaine de l’approche du snowboard à laquelle nous adhérions.


Étant un adepte du backcountry, est-ce que tu ne voudrais pas t’essayer à des compétitions type Cold Rush ?

E.P. : Non, je ne veux pas faire de compétition. Je ne souhaite skier que si les conditions sont bonnes et pas pour un contest. Les gens veulent toujours un vainqueur et, pour moi, le ski que je pratique ne peut être jugé.


Pour l’image, quels sont les prochains projets de Nimbus ?

E.P.  : Nous continuons à réaliser trois épisodes par saison. En parallèle des épisodes web, nous travaillons sur un film artistique. Une fois terminé, sans doute d’ici un ou deux ans, il sortira en DVD. Et pour vous donner un indice, ce projet concerne moins la progression technique du ski que la beauté de ce sport à travers le monde.


D’autres projets de graphismes, de shape en cours ?

E.P.  : Les graphismes, je bosse dessus en continue, mais question shape, j’ai du mal à retoucher l’Opus et le Bacon.


Et concernant ton art en dehors des commandes, tu as quand même le temps de t’y consacrer ?

E.P.  : Oui, et c’est là, en dessinant ou en peignant que je crée les plus belles choses car je poursuis une vision ou une idée. Quand vous avez une date butoir ou un shape spécifique à respecter (comme la forme d’un ski) et que l’art doit s’y intégrer, vous êtes contraint par des règles spécifiques. Je n’ai pas énormément de temps pour peindre sans contraintes, mais quand je le peux, c’est vraiment agréable. L’année dernière, j’ai peint une des toiles dont j’étais le plus satisfait. Je l’ai ensuite donné au profit d’une vente de charité.







Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

fake breitling
20 juin 2013 06:26

Your unwanted weight, put together rolex replica watches on sale, superior within the cased characters or anything else., could shout released for everyone defining they will really should not picked up. The structure, put together together with unwanted weight for Patek Philippe synthetic version pieces happen to be such as the originals and hoodwink experts. These supply you with valuable together with confirm everyone associated with a longer rapport in your wrist. Being dressed in Patek Philippe Society Point in time www.2013hotrolexreplica.com may cause other individuals to view everyone enviously and you will be any have a discussion within the occasion.


Replica Watches
14 décembre 2013 03:15

In case of failure, apparatus can Replica Watches consistently be bankrupt or 1-2 beat locations can be replaced. It was alone case that prevented watches from getting alleged "eternal". Gold and animate does not assume to be actual harder and are bound covered with scratches, so an cruddy metal "gets out" from banal assumption case coverage. Correcting these deficiencies is abundant added complicated and expensive, than acclimation mechanism. How to accomplish watch befitting its aboriginal actualization for a long ? Replace acceptable abstracts with something added solid. Assorted areas of science and technology use assorted methods of free acerbity of materials. Mohs calibration (or system) is the simplest one ; it is acclimated to actuate acerbity of stones. Ten minerals are called so that anniversary consecutive is able to blemish the antecedent one. Other systems (Brinnel and Vickers methods) actuate acerbity through ambit of indentation, formed while ascendancy object`s consequence (a pyramid or a balloon) in the sample apparent beneath a assertive amount action. Time drill-machine In 1962 DiaStar archetypal by RADO Company saw the light. The world’s aboriginal non-scratch watch’s case was fabricated of Replica Handbags harder alloys based on tungsten carbide and titanium - abstracts acclimated for assignment active manufacture.



Magazine de glisse gratuit, Freepresse vous présente tous les bons plans des stations de ski, les derniers tests matériel ski, snowboard, surf et outdoor, des videos ski freeride et freestyle... Toute l'actualité ski et snowboard sur Freepresse.com, votre site d'info glisse et outdoor. Plan du site.
Crédits photos : Fabrice Wittner (Snowboard) - Fischer (Ski) - Jason Childs 2007 (Surf) - Columbia (Outdoor)

Achat mots clés